Chargement...
 

Imprimer

Remerciements

 

Au tout premier chef, je dois remercier Théara Yim. Une thèse ne se fait jamais seule. Il y a obligatoirement beaucoup de personnes sans la contribution desquelles une thèse ne serait pas ce qu'elle est. L'apport de Théara, cependant, est essentiel à tout ce qui la constitue. Essentiel à ce qu'elle est, et essentiel à la réflexion en amont. Merci Théara, parce que ma réflexion concernant la part d'interculturel d'une part et ma compréhension de ce qu'il y a de rapport d'oppression dans les relations entre majorité entendante et minorité Sourde, c'est beaucoup avec toi que je les ai formées. C'est avec toi aussi que j'ai appris à développer des stratégies d'alliée et avec qui j'ai pu discuter pour parvenir à les affiner. Merci pour cette collaboration de plus de 10 ans maintenant, pour ton accompagnement dans les ajustements à faire afin de créer cette relation qui tente de transformer les rapports habituels entre Sourds et entendants sans jamais perdre confiance. J'apprécie énormément ta patience, ton intelligence et ton talent.

 
Dans la foulée, merci également à tous les membres de la communauté Sourde que j'ai eu l'occasion et la chance de côtoyer ici à Montréal, en France également. Plus largement encore, je salue l'ensemble de la communauté Sourde mondiale : vos luttes sont inspirantes et grandioses. Le mouvement international que vous avez constitué m'impressionne et m'influence beaucoup.

 
Merci aux personnes qui ont collaboré directement à cette thèse. À Peter Cook et Kenny Lerner, pour votre générosité, votre passion et le magnifique récital que vous nous avez offert à Montréal. Merci aussi surtout pour vos œuvres. Merci à D. Kimm, Stéphane Despatie et toute l'équipe du festival PHENOMENA qui ont rendu ce récital possible. Merci à Dominique Lemay, président de la Société Culturelle Québécoise des Sourds, pour ta collaboration à la coordination de cet événement, et pour ton amitié. Merci à la Fondation des Sourds du Québec de nous avoir soutenues. Merci à Geneviève Deguire, à Mireille Caissy ainsi qu'à Gabrielle Pillet pour votre participation aux activités collaboratives de cette thèse. De plus, chers participants et participantes aux ateliers de création et au séminaire de critique d'œuvres donné dans le cadre de la Chaire internationale du Labex Arts et Médiation Humaine qui m'a accueillie à Paris : vous ne mesurez pas à quel point votre enthousiasme a été déterminant!

 
Merci à Marion Blondel, à Dominique Boutet, à Judith Guez et à toute l'équipe du projet CIGALE. À Christine Roquet pour la relecture de la section sur l'analyse du geste. À Miriam Lerner pour avoir réalisé The Heart of the Hydrogen Jukebox et à Susan Murad également pour l'autorisation à en utiliser les images.

 
Un travail d'écriture se fait par accumulation de couches. Il nécessite de cent fois... le dicton est connu: merci donc à vous qui m'avez relue ou qui avez passé des heures à discuter avec moi : Valérie Perron, Julie Drouin, Anne-Marie Voisard, Valérie Lefebvre-Faucher, Louise-Andrée Lauzière et tout particulièrement à Simon Tremblay-Pepin. Pour vos relectures, mais surtout pour votre amitié, votre amour.

 
Par ailleurs, construire un site Web, alors qu'on doit apprendre à maîtriser les outils nécessaires en même temps, est un travail entêté parsemé d'embûches. Merci à ceux et celles qui ont répondu à mes innombrables questions de novice. Merci à Étienne Desprès pour le design, à Marc Laporte et Lusiash Mazik pour l'intégration du site Web.

 
Et, pour terminer par de l'essentiel, merci à mes directeur et directrices de thèse, Johanne Lalonde et Stephan Schofield en début de parcours, et Martine Delvaux qui m'a encouragée à reprendre le travail alors que j'avais laissé la thèse derrière moi et qui m'a accompagnée jusqu'à la fin. Finalement, je ne pourrais passer sous silence le soutien de Lina Ouellet et Geneviève Veilleux qui, interprètes lors de la soutenance, ont fait un travail extraordinaire.